larochelle_gnc_01c

La Rochelle, une ville qui a besoin de la colocation

Lors de l’inauguration nous avons discuté avec Anna-Maria Spano, adjointe au Maire Secteur Sauvegardé, Commerces et Marchés et Sabine Ricordel, Conseillère en Economie Sociale Familiale, Service Social du Personnel  du Groupe Hospitalier La Rochelle-Ré-Aunis à propos de ce nouvel espace de colocation situé en plein cœur de la Rochelle.

larochelle_gnc_09

Pourquoi êtes-vous venue ici aujourd’hui ?

Sabine Ricordel : L’Hôpital est le premier employeur en secteur sauvegardé avec environ 4000 personnes. Je m’occupe de reloger les agents hospitaliers qui en ont besoin.
Pour ma part, le projet de la colocation peut donc m’intéresser pour mener à bien ma mission. C’est très difficile de trouver des logements à La Rochelle. Permettre à un agent hospitalier d’être logé pour son premier emploi, cela serait possible ici. La colocation peut nous aider par exemple pour des mutations, des agents hospitaliers qui arrivent, avec un petit salaire, cela pourrait répondre à leurs besoins.

 

larochelle_gnc_10

Pourquoi ce genre d’immeuble de colocation est-il intéressant pour une ville comme la Rochelle ?

Anna-Maria Spano : Les services de la ville m’ont parlé de ce genre d’initiative et je trouve cela intéressant pour le secteur. On veut que le secteur sauvegardé soit vivant. La difficulté de ce genre de quartier c’est qu’il devienne un musée. On veut donc faire venir les jeunes en appuyant les rénovations destinées à des loyers intermédiaires comme la colocation.

S. R. : Je trouve que c’est bien, c’est une ville dynamique, la colocation s’intègre bien à la ville. Et il y a tellement de difficultés de logement à La Rochelle. Les loyers sont très chers : autour de 500 euros pour un studio. Donc on  a parfois du mal à reloger les personnes, notamment proche de leur lieu de travail. L’hôpital est à peine dix minutes à pieds de la colocation.


Quelle va être la prochaine étape pour vous par rapport à cette colocation ?

S. R. : Si un agent hospitalier est en recherche de logement, s’il a un petit salaire et qu’il est célibataire, je lui suggèrerai de se rapprocher de GNC pour voir s’il peut rentrer dans la colocation.


Est-ce qu’il y a d’autres projets de ce style là qui sont prévu à la Rochelle ?

A-M. S. : Pour l’instant je n’en n’ai pas connaissance mais ils sont les bienvenus ! Nous voulons inciter la venue des jeunes dans ce quartier !

 

Propos recueillis par Isabel Beguin Correa